Communiqués

Europe

Salvini frappe le symbole d’une politique d’accueil possible

Le maire de Riace, en Calabre, Domenico Lucano dit Mimmo, a été arrêté et inculpé sous des prétextes très minces, rassemblés après des mois d’enquête à charge et qui ne trompent personne. Avec lui, quinze autres personnes ont été interpellées.

En effet cette bourgade de 2000 habitants et son maire, réélu pour la troisième fois, sont depuis longtemps la bête noire de tous ceux
qui font carrière sur la haine envers les migrants. Salvini l’avait déjà insulté plusieurs fois. Il passe avec cynisme à la répression directe contre ce symbole de la solidarité.

Il est vrai que, depuis un premier accueil de 300 Kurdes échoués sur sa côte en 1998, cette commune a d’abord donné l’exemple d’un accueil humaniste des naufragés de la Méditerranée. Mais elle a aussi, depuis, développé une véritable politique positive de développement fondée sur l’intégration des migrants. Dans cette région frappée par l’exode rural, dans une Italie dont la démographie est négative et qui compte plusieurs millions d’Italiens eux-mêmes émigrés dans le monde entier, la petite ville de Riace a vu son école s’agrandir, ses commerces rouvrir, un nouvel artisanat s’implanter et une équipe de football se créer. Cette réussite a même été saluée par le magazine Fortune qui, en 2016, a retenu son maire parmi les 50 meilleurs dirigeants du monde.

En l’arrêtant, le pouvoir italien ne fera qu’augmenter la notoriété de cette expérience. Des milliers d’Italiens sont déjà venus manifester à Riace. Le MRAP s’associera à toute initiative de solidarité.

Paris, le 9 octobre 2018