Communiqués

Citoyenneté


Une répression préoccupante

Le MRAP exprime sa protestation et son inquiétude au sujet de l’évolution en cours en France à sujet de la répression des manifestations se déroulant depuis quelques semaines. Elle a entraîné un usage inconsidéré d’armes présentant des dangers considérables et ayant causé des blessures graves.

Le MRAP a soutenu le recours en Conseil d’Etat de la CGT et de la Ligue des Droits de l’Homme à la suite du refus du tribunal administratif de Paris de donner droit à leur requête d’interdiction de l’usage des Lanceurs de Balles de Défense par les forces de l’ordre lors des manifestations. Il regrette l’avis négatif du Conseil d’Etat sur ce retrait, alors que, dès le 17 janvier 2018, le Défenseur des Droits s’était prononcé contre cet usage.

Quant à la loi dite « anticasseurs » soumise à l’Assemblée Nationale, le MRAP proteste contre le principe même de cette loi de circonstance, destinée à donner des gages aux secteurs les plus répressifs de l’éventail politique. Dans son état actuel, l’article 1 stipule que les forces de police peuvent à tout moment fouiller les personnes aux approches des défilés et l’article 2 maintient le droit accordé au préfet (et non aux autorités de justice) d’interdire certaines personnes de manifestation. Cette loi entraîne une régression importante du droit de manifestation, élément essentiel des libertés publiques.

Paris le 4 février 2019