Communiqués

La question kurde


Grève de la faim des détenus kurdes : une première victoire

Après le lancement de la grève de la faim illimitée suivie par plus de 7000 prisonniers politiques kurdes dont quatre députés du HDP (Parti Démocratique des Peuples) dans les prisons de Turquie, ils sont des milliers à observer une grève de la faim dans plus de 150 associations à travers l’Europe dont en France à Paris et à Strasbourg.

7 personnes sont décédées, d’autres ont subi des séquelles de santé irrémédiables mais le gouvernement français comme la plupart de nos médias se taisent. La grève de la faim qui a conduit à la mort de Bobby Sands et 9 de ses camarades en 1981 en Irlande avait soulevé des vagues de solidarité.

Ces grèves de la faim, cris de désespoir pour rompre un silence assourdissant sur la situation des Kurdes de Turquie et des prisonniers politiques, ont fini par obtenir un résultat : les avocats d’Abdullah Ocalan ont été enfin autorisés à rencontrer leur client le 2 mai dernier, pour la première fois depuis 8 ans. Le message d’Ocalan transmis par ses avocats est un démenti cinglant à tous ceux qui le qualifient, ainsi que le PKK de « terroristes » : il invite chacun à revenir à la table de la négociation ouverte en 2013 et brutalement fermée par le président Erdoğan en 2015 et affirme qu’il ne peut y avoir d’autres solutions à la question kurde qu’une solution politique dans le respect des droits fondamentaux du peuple kurde et des autres minorités vivant en Turquie. Tout en rendant hommage « à la résistance des amis dans les prisons et à l’extérieur », il appelle à « ne pas mettre en jeu leur santé et leur
vie ».


Le MRAP , solidaire du peuple kurde depuis plus de 30 ans, salue cette première victoire et s’engage à poursuivre son combat pour une solution politique au Kurdistan, la reconnaissance des droits fondamentaux du peuple kurde et la libération de tous les prisonniers politiques dont Abdullah Ocalan.


Paris, le 7 mai 2019