Communiqués

Présidentielle 2017

Second tour des élections, Battre Le Pen : une urgence absolue

Appel de la co-présidence du MRAP

Au lendemain du premier tour des élections présidentielles, notre mouvement a exprimé sa grande inquiétude. A 5 jours du second tour, celle-ci ne cesse de croître. La candidate du Front National est aux portes du pouvoir, la possibilité qu’elle soit élue dimanche prochain n’est pas à exclure.

Cette présidentielle est l’élection de toutes les surprises. Et souvenons-nous, d’après les sondages, jamais Trump n’aurait dû être Président des Etats-Unis, jamais le Brexit n’aurait dû l’emporter… et pourtant !

Non à la banalisatioon du FN !

Nous ne sommes plus en 2002, où le choc avait entraîné de très nombreuses réactions et de puissants mouvements spontanés d’opposition.
Aujourd’hui, Marine Le Pen, contrairement à son père il y a 15 ans, est largement considérée comme une candidate comme une autre.

Profitant du désarroi d’une partie de plus en plus grande de la population, en France comme dans l’ensemble de l’Europe, l’extrême droite a tenté de faire oublier la dangerosité de son « projet ». La vraie nature de ce parti n’apparaît plus aux yeux de beaucoup : xénophobe, raciste, homophobe, antisocial, antidémocratique, anti-féministe... . Alors nous le réaffirmons avec force le FN n’est pas un parti républicain mais un parti fasciste
Vaincre le FN.

Nous n’avons pas attendu cet entre-deux-tours pour lutter contre le Front national et nous affronter à Marine Le Pen. Nous savons par notre action quotidienne, les procès que nous engageons que la nature profonde et réelle du FN n’a pas changé. L’extrême droite est un danger pour les libertés, le droit des femmes, le vivre ensemble, la République et la Paix.

Le désarroi social , le sentiment d’abandon de larges secteurs urbains et ruraux expliquent aussi le vote Front National mais nous savons que l’extrême droite n’a jamais et nulle part été synonyme de progrès social, bien au contraire. Le discours "social" de Marine le Pen n’est qu’un leurre le temps d’une conquête du pouvoir.
Voter blanc ou s’abstenir, c’est renvoyer dos à dos libéralisme politique et extrême-droite. C’est une grave erreur !
C’est favoriser l’illusion que la nature de l’extrême droite a changé et favoriser les tentatives de remise en cause des actes odieux commis par l’extrême droite depuis près d’un
siècle.

C’est porter un coup aux combats que nous avons menés toutes ces années pour démasquer l’extrême droite française
C’est rendre tous les combats démocratiques et sociaux de demain encore plus difficiles qu’aujourd’hui.

Et surtout, c’est prendre le risque de voir l’extrême-droite de la « famille Le Pen » contrôler l’armée, la police, la justice, l’éducation nationale de la cinquième puissance économique mondiale et représenter la France au Conseil de sécurité de l’ONU.
Le MRAP n’a pas l’habitude de donner des consignes de vote mais face au danger qui nous menace il appelle à battre le plus largement possible le Front National, en utilisant le seul bulletin de vote qui reste à notre disposition, ce qui ne signifie aucunement un soutien au programme libéral et flou de Macron.

Paris le 2 mai 2017