Communiqués

Lettre ouverte

Citoyenneté

Lettre ouverte à Charlie

Le MRAP se voit obligé de réagir et de demander un droit de réponse suite à l’article de G. Biard paru dans le numéro 1288 du 29 mars de Charlie-Hebdo qui le met gravement en cause.

Selon lui, la Maison régionale de l’environnement et des solidarités (MRES) de Lille (qu’il déplace à Arras …) aurait déprogrammé « sur ordre du MRAP et de la LDH » une lecture-spectacle du livre posthume de Charb. Comment ces deux associations pourraient-elles donner des « ordres » à la MRES, qui compte quelque 160 associations adhérentes ? En réalité, cette structure a sollicité le parrainage de ces deux associations pour cette lecture-spectacle. Il se trouve que leurs instances locales n’ont pas souhaité donner suite à cette demande, en toute liberté et pour des raisons qui sont propres à chacune. Qu’ensuite la MRES ait déprogrammé ce spectacle est de sa seule et entière responsabilité.


Le MRAP, issu de la résistance, ne saurait admettre un titre d’article qui le traite de « collabo ». L’accusation de « complaisance envers le totalitarisme islamique » est démentie par la simple consultation de ses communiqués, de ses implications ou non-implications dans les initiatives collectives au sein de la mouvance se réclamant de l’antiracisme.


Le MRAP a exprimé lors de ses derniers congrès une position claire sur le sens du terme « islamophobie ». Il est très ferme sur le droit légitime de critiquer toute religion (et encore plus les courants totalitaires qui existent dans chacune). Ce qu’il condamne comme raciste, c’est la stigmatisation essentialiste de toute une communauté de croyants et les agressions contre ses membres.


Le MRAP est particulièrement blessé par le soupçon d’atteinte à la liberté d’expression, tant bien sûr que cette expression n’a pas de contenu raciste. Il s’est au contraire toujours mobilisé pour cette liberté, en particulier lors du drame qui a frappé Charlie-Hebdo le 11 janvier 2015.


Nous sommes enfin très peinés que cette affaire implique la personne de Charb, avec qui le MRAP a toujours eu des rapports d’amitiés et dont les positions présentent des convergences significatives avec les nôtres. Les nombreux dessins qu’il nous offrait si volontiers continuent à illustrer nos publications et affiches.


Paris, le 5 avril 2017

<img74|center>