Communiqués

La question kurde

STOP ERDOGAN !

Depuis la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016, Erdogan a fait licencier des dizaines de milliers de magistrats, policiers, journalistes, professeurs, fonctionnaires. Il continue de s’en prendre aux partis politiques, aux médias (journaux, radios, télévisions) de l’opposition démocratique.

Il mène une véritable guerre contre le peuple kurde : assassinats, tortures, arrestations et emprisonnements arbitraires, destructions de villes. Il a franchi un nouveau degré dans cette escalade en perquisitionnant et en détruisant des locaux du parti HDP (Parti Démocratique des Peuples), en arrêtant ses élus et militants. Des maires sont destitués ou mis en prison. Les coprésidents du parti HDP ainsi que de nombreux parlementaires ont été arrêtés et mis en garde à vue. Erdogan veut briser le parti HDP qui l’empêche d’instaurer son projet de système présidentiel.
En même temps, Erdogan lance des opérations armées contre les forces kurdes de Syrie, celles qui mènent avec efficacité la lutte contre Daesh. Son objectif est d’empêcher les Kurdes de mettre en œuvre leur projet d’autonomie démocratique dans le Rojava (Kurdistan de Syrie).

Face à cette double offensive, en Turquie et en Syrie, les États occidentaux se taisent ou se contentent de timides déclarations pour ménager la Turquie.
Le MRAP dénonce avec force les crimes du pouvoir turc et de son président Erdogan contre le peuple kurde et ses représentants élus. Il demande au gouvernement français et à l’Union européenne d’agir avec plus de fermeté auprès d’Erdogan pour faire cesser cette répression. Membre de la Coordination nationale pour les droits du peuple kurde, il réclame avec encore plus de force une solution politique durable de la question kurde qui reconnaisse les droits économiques, sociaux et culturels du peuple kurde. Il appelle les élus à tous les niveaux à envoyer des délégations au Kurdistan de Turquie pour exprimer leur solidarité avec le parti HDP, exiger la libération de ses élus et l’arrêt de la répression.

Paris le 7 novembre 2016