Communiqués

Amérique du Nord

Etats Unis : élection de Donald Trump, le MRAP exprime sa plus vive inquiétude

Le MRAP tient à exprimer sa plus vive inquiétude suite à l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats Unis.

Le programme annoncé par le candidat républicain foule aux pieds toutes les valeurs que nous défendons. Isolationniste, ultra-conservateur, populiste, anti-immigration, raciste et xénophobe, contre le droit des femmes, homophobe... Le programme de Donald Trump a de quoi susciter toutes les craintes.

Prêchant la haine (des femmes et des migrants, entre autres), Donald Trump a déclaré au cours de sa campagne que dès son premier jour à la Maison-Blanche, il engagerait l’expulsion des 11 millions d’immigrants clandestins, ou encore la fin du programme d’accueil des réfugiés syriens. Il a aussi promis d’"expulser plus de 2 millions d’immigrants criminels" dès son arrivée à la Maison Blanche, d’"annuler les visas de pays étrangers qui ne les reprendront pas", de revenir sur le droit du sol, de tripler le nombre d’agents de l’immigration, d’ imposer une peine de prison fédérale de deux ans minimum à tous les immigrants clandestins expulsés qui reviendraient aux États-Unis. Il prévoit un mur de 1.600 kilomètres de long à la frontière mexicaine pour "endiguer" l’immigration.

Pour lutter contre le terrorisme, Donald Trump a des idées effrayantes : il propose d’autoriser la torture, il a appelé également à « tuer les familles des terroristes », dans le but de dissuader les candidats au djihad ! Il "suspendra l’immigration de « régions enclines au terrorisme", et mettra en place des "contrôles extrêmes aux frontières". Il prétend interdire, pendant une période, l’entrée des musulmans sur le territoire des Etats Unis. Cette mesure anticonstitutionnelle concernerait même les touristes.

L’élection de Donald Trump constitue une menace pour la paix mondiale : pour lutter contre l’Etat islamique, il évoque une guerre sur internet, une guerre financière, une guerre idéologique mais aussi une « guerre classique ». "Ma priorité numéro un est de démanteler l’accord catastrophique avec l’Iran", avait déclaré Donald Trump en mars dernier devant la convention annuelle de l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) qui se dit lui-même "America’s Pro-Israël Lobby".

Sa haine des migrants n’a d’égal que sa haine des femmes ; il a bien évidemment repris les positions conservatrices du Parti républicain sur l’avortement et affirme que « l’embryon a un droit fondamental à la vie qui ne peut être enfreint".
Le droit à la vie n’est sans doute pas le même pour tous puisqu’il préconise le « droit donné par Dieu à l’autodéfense" et réaffirme que la détention d’armes à feu est "un droit naturel et inaliénable".

Le changement climatique n’est pas un problème malgré les ouragans dévastateurs qui frappent régulièrement des Etats Unis : Donald Trump a promis qu’il annulerait l’accord de Paris sur le climat et qu’il supprimerait l’Agence de protection de l’environnement (EPA). Il entend également annuler des milliards de dollars de paiements prévus aux Nations unies pour les programmes visant à lutter contre le changement climatique.

Il lèvera aussi les restrictions à la production d’énergies fossiles et relancera le projet d’oléoduc Keystone XL auquel le président Barack Obama avait mis son veto en février 2015.

Des mesures antisociales vont également être prises et les quelques progrès réalisés par Obama notamment dans le domaine de la santé seront anéantis : Donald Trump a prévu en autre l’abolition la plus rapide possible de la loi sur l’assurance maladie surnommée "Obamacare".

Cette situation ne peut être isolée de ce qui se passe dans le reste du monde, notamment en France et en Europe : devant des situations dramatiques pour une partie de la population on assiste, partout, à une montée du racisme, des idées de bouc émissaires que sont les étrangers, les classes moyennes qui « prennent tout », les femmes. Pas étonnant que Donald Trump soit félicité par Marine Le Pen ! Cette élection doit servir de leçon : il y a urgence à mobiliser toutes celles et tous ceux qui à l’opposé de ces futurs matins bruns œuvrent pour un monde plus juste, plus égalitaire, plus pacifique.

Paris le 9 novembre 2016