Communiqués

International

Communiqué : LE MRAP SALUE LA MEMOIRE DU PRESIDENT DE LA RASD

C'est avec une grande tristesse que le MRAP a appris le décès de Mohamed Abdelaziz, secrétaire général du Front Polisario et Président de la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD). C'est une grande perte pour le peuple sahraoui qui lutte depuis plus de quarante ans pour son indépendance.

Cofondateur du Front Polisario aux côtés de El Ouali Mustapha Sayed, mort au combat en juin 1976, Mustapha Abdelaziz lui a succédé en août 1976 à la tête du Front Polisario. Après avoir conduit la lutte armée contre l’occupant marocain après la "Marche verte" de novembre 1975, il a soutenu le processus politique sous l’égide des Nations unies et accepté le cessez-le-feu en 1991 qui devait être prolongé par un référendum d’autodétermination. Malheureusement, les manœuvres dilatoires du pouvoir marocain, soutenu par les gouvernements français successifs, ont jusqu’à présent empêché l’application des résolutions de l’ONU qui reconnaissent le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui.

Combattant de la liberté, homme de paix et de progrès, Mohamed Abdelaziz a consacré sa vie au combat pour l’indépendance. Il a compris très vite l’importance de la résistance de la population sahraouie des territoires occupés qui se poursuit malgré la répression entre violences policières et tortures, détentions arbitraires et procès inéquitables (les 22 prisonniers politiques sahraouis de Gdeim Izik sont toujours en prison depuis novembre 2010 après avoir été condamnés à des peines de prison de 20 ans à la perpétuité).

Mohamed Abdelaziz a contribué à créer les bases d’un véritable État, la République Arabe Sahraouie Démocratique, membre de l’Union africaine, et à mettre en place des institutions et des services structurés dans tous les domaines de la vie économique, sociale et culturelle.

Le MRAP exprime ses condoléances à sa famille et ses proches, au Front Polisario et au gouvernement de la RASD. Il est décidé à poursuivre son soutien à la lutte du peuple sahraoui jusqu’à ce qu’il recouvre sa souveraineté sur le territoire du Sahara occidental.

Paris, le 2 juin 2016


Crédits photo : Le monde / ANDREA COMAS / REUTERS