Communiqués

Nazisme et Résistance

72 ans après la libération des camps : mémoire et vigilance

Le 27 janvier 1945, l’armée soviétique libérait quelque 7 000 survivants, pour la plupart mourants, des camps d’Auschwitz. Cette date qui a été choisie par les organismes internationaux pour commémorer la libération de tous les camps nazis.

Même si les mots sont dérisoires pour évoquer de telles barbaries, le MRAP tient à rendre hommage à ces millions d’hommes, de femmes, en majorité juifs, mais aussi tziganes, Rroms, homosexuels, handicapés, francs-maçons, politiques et résistants délibérément exterminés par le IIIème Reich avec la collaboration du régime de Vichy.

En ce jour où nous commémorons la victoire de la raison sur la haine, les rescapés avec au bras ce sinistre numéro de déporté sont de plus en plus rares et le jour viendra bientôt où tous ces témoins auront disparu. C’est pourquoi il est nécessaire de redoubler de vigilance face à ceux qui nient ou édulcorent ces effroyables forfaits. Pour certains la renaissance des idéologies d’extrême droite qui se profile un peu partout en Europe n’apparait plus comme une menace dangereuse pour la liberté mais comme une solution. En cette période électorale les amalgames tels que juifs=financiers, immigrés = terroristes, islam=invasion, Roms = délinquants, se multiplient. Toutes ces assertions sont autant de mensonges qui doivent être combattus sans la moindre complaisance par tous les antiracistes.

Pour sa part, le MRAP reste vigilant contre ces idéologies destructrices et rappelle à l’occasion de cette commémoration que le Serment de Dora (1945) appelait à la mobilisation des générations futures contre le racisme. La plus belle manière d’honorer ce serment est de nous en souvenir pour gagner ensemble ce combat pour la fraternité. Et ce combat c’est aujourd’hui qu’il faut le mener, en urgence.

Paris le 26 janvier 2017

Crédits photo :AFP